Quelle réglementation sur la circulation du gyropode en Suisse ?

4

Vous souhaitez connaitre la législation en vigueur sur la circulation du gyropode en Suisse ? Envie d’acquérir ou déjà propriétaire d’un gyropode ou d’un moyen de transport électrique personnel ? Peut-on circuler sur la voie publique, sur les trottoirs ou dans les espaces privés ? Voici un point sur la réglementation à l’heure actuelle pour vous déplacer en toute tranquillité.

Pourquoi se déplacer en gyropode ?

Pratique, maniable et écologique, le gyropode permet de se déplacer facilement et rapidement. Il est en plus électrique, donc totalement écolo !

Éviter les embouteillages, les heures à chercher une place de stationnement et les amendes : ils vous emmènent partout et sans contraintes.

Ce que dit la législation Suisse

Jusqu’en 2015, la réglementation autour de la circulation du gyropode en Suisse, hoverboards et autres moyens de locomotion électrique était assez floue. Elle permettait à leurs utilisateurs de se mouvoir sans règle spécifiques. Mais ce n’est plus le cas depuis cette date.

Aujourd’hui, une loi encadre ces véhicules et les soumet à l’immatriculation. En effet, ils sont dorénavant considérés comme des cyclomoteurs légers, mais leurs contraintes techniques les empêchent parfois d’obtenir un enregistrement.

A l’heure actuelle, seuls les gyropodes Segway et les trottinettes électriques ne dépassant pas les 20 k/h sont autorisés à la circulation. La marque Segway a pu obtenir son homologation en présentant une redondance technologique qu’elle est la seule a proposer à ce jour.

Attention, les gyropodes Segway ne sont pas tolérés sur les trottoirs, peu importe la vitesse. Lorsqu’une piste ou voie cyclable est présente, vous devez l’emprunter obligatoirement. En l’absence, vous devez circuler sur la route.

Les autres moyens de transports doivent se contenter des espaces strictement privés et jamais sur la voie publique.

Pour consulter l’ensemble de la documentation concernant l’assouplissement des prescriptions relatives à certains véhicules électriques, c’est par ici.

 déplacement en suisse

Les véhicules homologués / autorisés en Suisse 🚦

• Segway (gyropode)

  • Catégorie : cyclo-moteur léger
  • Vitesse max. : 20 km/h (électrique) ; 25km/h (avec assistance au pédalage)
  • Puissance moteur : 2000 W
  • Immatriculation : Obligatoire
  • Age minimal : 16 ans (avec cat. M ou G : 14 ans)
  • Port du casque : Non obligatoire, recommandé
  • Règles de circulation : même règles que pour les cyclistes
  • Aires de circulation affectées : route et pistes cyclables

• Trottinette électrique

  • Catégorie : cyclo-moteur léger
  • Vitesse max. : 20/25 km/h (électrique)
  • Puissance moteur : 500 W
  • Immatriculation : Non obligatoire
  • Age minimal : 16 ans (avec cat. M ou G : 14 ans)
  • Port du casque : Non obligatoire, recommandé
  • Règles de circulation : même règles que pour les cyclistes
  • Aires de circulation affectées : route et pistes cyclables (tolérées sur les trottoirs à 6 km/h max.)

 

 

Les vélos électriques

• E-bike lent

  • Catégorie : bicyclette
  • Vitesse max. : 25km/h
  • Puissance moteur : 500 W
  • Poids total : Max. 200 kg
  • Immatriculation : Non obligatoire
  • Age minimal : 14 ans
  • Port du casque : Non obligatoire, recommandé
  • Règles de circulation : même règles que pour les cyclistes
  • Aires de circulation affectées : route et pistes cyclables

• E-bike rapide 

  • Catégorie : cyclo-moteur léger
  • Vitesse max. : 20 km/h (électrique) ; 25km/h (avec assistance au pédalage); voir 45km/h pour les plus rapides
  • Puissance moteur : 1000 W
  • Immatriculation : Obligatoire
  • Age minimal : 16 ans (avec cat. M ou G : 14 ans)
  • Port du casque : Non obligatoire, recommandé
  • Règles de circulation : même règles que pour les cyclistes
  • Aires de circulation affectées : route et pistes cyclables

 

Les véhicules non homologués / non autorisés en Suisse🚦

 

Monoroue électrique

  • Non homologué et interdit sur la voie publique
  • Usage uniquement permis sur voie/terrain privée
  • Port du casque conseillé

• Overboard

  • Non homologué et interdit sur la voie publique
  • Usage uniquement permis sur voie/terrain privée
  • Port du casque conseillé

• Skateboard électrique

  • Non homologué et interdit sur la voie publique
  • Usage uniquement permis sur voie/terrain privée
  • Port du casque conseillé

  

Quel moyen de transport électrique choisir en Suisse ?

En cas de conduite d’un véhicule non homologué sur l’espace publique, le conducteur est passible d’amende. Et elles sont assez salées pour ceux qui enfreindraient la loi. Allant de 300 à 400CHF (entre 250 et 340 €). De surcroît, en cas d’accident, aucune assurance ne répondrait présente. Il convient donc de bien choisir votre moyen de transport et votre marque au moment de votre achat ou si vous vous déplacez en Suisse prochainement.

Vous pouvez donc profiter de votre gyropode Segway ainsi que votre trottinette électrique (tant qu’elle ne dépasse pas les 20 k/h) pour tous vos déplacements au sein de l’espace suisse.

Par contre, à l’heure actuelle, les autres véhicules doivent être utilisés uniquement dans des espaces privés suisses. Soyez donc vigilants et n’hésitez pas à nous faire partager votre expérience !

 

gyropode-segway-mobilboard-fonctionnement

Partager.

A propos de l'auteur

Passionné par les nouvelles technologies et addict au gyropode, c’est en l'essayant il y a bientôt 10 ans que je suis tombé amoureux de ce moyen de transport. Un modèle ? Richard Branson et son état d’esprit : « People who think and say ‘we’ more often than ‘I’ are a lot more likely to succeed »

4 commentaires

  1. Bonjour, de mon côté je tombe des nues car circulant depuis plusieurs mois autour de Lyon et Genève en monoroue (avec vignette d’assurance française), j’ignorais totalement qu’elles étaient interdites en Suisse. Je viens pourtant de me faire rappeler à l’ordre par un policier à la gare de Lausanne qui m’a informé de cette législation, heureusement sans me faire payer d’amende puisqu’il a vu que j’ignorais l’interdiction de circulation sur la voie publique. Il m’a dit aussi que l’amende pouvait être salée et que ça pouvait aller loin, jusqu’à la préfecture. Manifestement l’homologation risque d’être difficile car le problème est « qu’il n’y a pas de frein mécanique  » selon lui.
    S’il était possible de proposer une action de sensibilisation, de contacter une association ou autre je me joindrais volontiers à la revendication, car je trouve ça assez scandaleux !

  2. Brice Carette on

    Propriétaire d’une OneWheel XR depuis peu, je suis assez dépité concernant la legislation en Suisse. Alors qu’une majorité de pays en Europe ont intégré ces nouveaux moyens de locomotion dans l’écosystème du citoyen moderne et responsable, la Suisse reste à la traîne.

    Il suffit de voir la limitation de 20 km/h imposées aux trotinettes électriques pour s’appercevoir des incohérences qui existent aujourd’hui sur le territoire helvétique quand on voit que la plupart des gens qui de déplacent en VAE atteignent facilement la vitesse de 35 km/h sans forcer.

    Les mono roues, skateboard électriques, hoverboard, ont tout a fait leurs place sur la voie publique du moment qu’ils sont assujétis aux mêmes règles que pour les vélos : utilisation sur piste cyclables et zones autorisées uniquement, lumière visible avant / arrière (les onewheel en possède mais on peut très bien acheter un casque qui les intégrent), et avoir une sonnette sur la main ou le bras en guise d’avertisseur sonore. En bref, toute les conditions sont réunies pour intégrer ces engins mobiles en toute sécurité.

    La politique du Genève sans voiture est en soit une excellente idée, mais alors laissez le choix aux citoyens de se déplacet avec des véhicules électriques légers, rapides, non polluants, qui ne prennent pas de place de parking, et nous procurent un minimum de plaisir.

    Il est invraissemblable qu’un utilisateur de monowheel ou autre qui profites des belles pistes cyclables le long du lac Léman puisse se faire verbaliser 400 fr et se faire confisquer son véhicule pour destruction…

  3. Je te rejoins Vince sur ton commentaire, en effet elles semblent être homologables. Le mieux c’est de contacter l’ocn pour savoir quoi faire je pense. J’ai vraiment envie d’être en ordre avec ça aussi. Je vais essayer de voir si il existe des démarches possibles de mon côté.

  4. Hello Thomas,
    Merci pour cet article.
    Je possède une Ninebot E depuis quelques années.
    J’ai suivit votre lien vers la page de l’OFROU et en ouvrant le pdf présent sur la page (« Tableau récapitulatifs des modifications »), je constate (colonne de gauche) qu’ « à priori » (vu l’illustration) les gyroroues (monoroues) seraient homologables.
    Question : savez-vous si c’est bien le cas ? et si oui, est-ce compliqué et/ou cher pour un particulier de faire effectuer l’homologation ?
    Merci pour votre aide !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.